Expositions à venir

Jean-Claude Irma

Du 8 janvier 2017 au 2 février 2018

La peinture abstraite est un jeu. Certainement un jeu d’enfant qui se prolonge dans la vie adulte et révèle la vraie nature de l’autre « je ».
Le résultat est souvent surprenant. Au départ, pas d’idée, aucun concept. Seulement le geste, la couleur. Puis l’organisation des volumes s’empare de la réflexion. Alors ne plus penser. Laisser aller. La parenthèse temporelle devient enchantée et peut être se rapproche t-on alors d’une forme de peinture automatique. Peu importe l’issue, la toile achevée n’est pas essentielle.

Pas de procédé complexe. De l’acrylique, parfois de l’encre ou des pigments, quelques pinceaux et spatules, une surface, pas trop petite. Et puis le cerveau perd sa disponibilité, l’adulte redevient un enfant totalement absorbé par son jeu…

Graphiste de formation mais éternel autodidacte je peins et dessine depuis depuis mon enfance. Si l’aquarelle, sous une forme plutôt expressionniste et figurative, m’a longtemps animé, j’ai abordé l’abstraction, particulièrement l’abstraction lyrique, depuis une dizaine d’années et y consacre aujourd’hui une grande partie de mon temps. Mais j’aime aussi avancer par séries, laisser le hasard me choisir de nouveaux thèmes et formes picturales à explorer.

 

http://peintre-abstrait.jcirma.com/

Vernissage le vendredi 12 janvier à partir de 18h30

Lucie Tissier

« Nervures »

Du 5 février au 23 mars 2018

Inspirée par la nature sous sa forme humaine, animale, mais aussi végétale, Lucie Tissier offre, au cœur de ses œuvres peintes et dessinées un questionnement sur les rapports entre l’Homme et la Nature.

C’est au travers de diverses techniques : huile, fusain, encre … qu’elle exprime son ressenti et ses émotions au travers de sujets de plus en plus organiques.

Lucie Tissier veille souvent à  laisser une part d’inachevé afin de réaliser une peinture qui permet au spectateur de laisser son imagination spéculer. L’aspect inachevé revêt un côté énigmatique mais il s’agit également d’une recherche esthétique, qui lui permet de travailler sur le fond et la forme de diverses manières.

 

 

IMG_9920

http://lucietissier0.wixsite.com/artiste-peintre

Vernissage le vendredi 9 février à partir de 19h

Mickaël Gastineau

Du 28 mars au 4 mai 2018

 

http://mickaelgastineau.wixsite.com/mgastineau-artiste-p

Vernissage le jeudi 29 mars à partir de 18h30

Gilles Petit

Du 8 mai au 1er juin 2018

GRANDES LIGNES

Arrivé sur le pont du chemin de fer, j’ai senti que la circulation automobile ralentissait, puis elle s’arrêta. Des travaux, sans doute ! En jetant un coup d’oeil par dessus le parapet, je vis le spectacle immense de la gare de triage. Nous avançâmes encore de quelques mètres, et de nouveau je regardai en bas. Je vis les voies se livraient à une chorégraphie étrange, découpant l’espace, tantôt droites, tantôt courbes. De grandes lignes traversaient le décor de part en part. Toujours par deux, elles se rencontraient puis se séparaient, s’éloignaient tour à tour, puis se retrouvaient côte à côte, faisant naître des espaces géométriques. Elles fuyaient à l’horizon, portant leurs pâles couleurs, peut-être le souvenir de leur destination. Parfois elles s’arrêtaient, butant sur une masse informe, ou bien sans raison, devant un butoir imprévu.

Le soleil perça entre les nuages et la pluie déplaça l’horizon. Des couleurs transparentes inondèrent le paysage. Elles arrivaient par faisceaux obliques et s’arrêtaient dans les flaques.

Les caténaires supportées par les poteaux rigides découpaient un autre plan et provoquaient par endroits un enchevêtrement inouï. Des reflets s’amusaient à renverser le ciel.

Je ne regardais plus car je comprenais ces mondes parallèles.

Parallèles ou les amours impossibles…

Gilles PETIT

http://gpetit38.blogspot.fr/

Vernissage le jeudi 17 juin à partir de 18h30

Cédric Poulain

Du 5 juin au 5 juillet 2018

Cedric Poulain est un photographe grenoblois quelque peu singulier.
Avant tout photographe et scientifique, il est en effet malvoyant.
Ce handicap l’a conduit à revisiter son approche de la photographie, à réfléchir sur l’utilisation de la lumière des couleurs autant que des textures.
Ces réflexions l’ont conduit à mettre au point une technique personnelle et singulière qu’il a baptisée la ‘noctographie’ ou « Blind Painting ».

Ses photographies sont réalisées au moyen du toucher, avec une approche picturale qui rappelle par bien des aspects les techniques utilisées en peinture ou même en sculpture.
Il joue avec le flou et la lumière, qu’il amène touche par touche dans l’image et mélange à sa guise. Il travaille les formes qu’il étire, replie, déplie et crée de facon souvent artificielle.

Ses photographies parfois surprenantes sont réalisées en studio, sans montage ou traitement numérique, pour lesquelles l’image finale est présentée telle qu’elle sort de la séance de prise de vue.

Les corps tantôt cubistes tantôt impressionniste sont souvent démembrés, désincarnés, évanescents comme des visions spectrales ou torturées de la réalité.
Au delà de la peau, Il travaille l’intéraction de la matière avec la lumière, en utilisant des matériaux tels que le bois, le métal ou encore les tissus qu’il utilise abondamment dans ses créations.
On y découvre un univers onirique ou se mêlent des créatures, des objets,des formes improbables et mystérieuses revêtant souvent un sens caché autour des thèmes de la séparation, ou de la maladie qui sont pour lui comme des failles, des fissures, comme des entrailles de la vie.

En dépit de ces sujets incontestablement lourds, l’humour et la dérision sont heureusement affleurants, tant dans la mise en scène que dans les titres de ses oeuvres qui sont bien souvent cyniques ou provocateurs.

Une oeuvre certainement autobiographique mais singulière et énigmatique à découvrir.

 

 www.photosensible.fr

https://www.facebook.com/pg/cedric.poulain.photographies/

Vernissage le 8 juin à partir de 18h30